Le recueil de nouvelles de Michelle LABBE, Feuilles d'Engadine, est disponible

Edité par Paul&Mike, il a obtenu le prix de la nouvelle de la ville d’Angers.
Il a été mis en vente au prix de 10 €.


                                                         Feuilles d’Engadine

Sils en Engadine I. Le Waldhaus

                 (extrait)

   Notre lieu natal, consubstantiel, est le rivage de l’Atlantique, avec ses marées, son apparente platitude, sa ligne subtile d’horizon. Pourtant, Jean et moi, nous nous étions complus, jusque-là, à n’arpenter que les lieux sauvages de l’Himalaya ou des Andes, les brousses de l’Annam, les forêts du Tonkin. Cette fois, nous avions jeté notre dévolu sur l’une des régions les moins horizontales et les plus fréquentées du gotha : Sils Maria, dans la vallée de l’Engadine, au sud‑est de la Suisse. Remarquez que la définition du « gotha » est subjective et dépend de votre propre position. Plus cette dernière est basse et plus le « gotha » pour vous s’enfle et s’emplit.

Les célébrités, résidents de l’hôtel Waldhaus, étaient et sont toujours légion : Thomas Mann, Thomas Bernhard, Carl Gustaf Jung, Primo Levi, Alberto Moravia, Elsa Morante, Peter Handke, princesse de Ceci, duc de Cela, président, chancelier… L’équipe prestigieuse du film d’Assayas, Sils Maria, avait été logée au Waldhaus, où s’étaient même tournées quelques séquences. Si Nietzsche, familier de Sils Maria, première gloire à avoir fréquenté le village, n’avait pu loger à l’hôtel, c’est qu’il avait été construit huit ans après sa mort. Il faut ajouter qu’il avait décidé de vivre en ermite et loué une très modeste chambre dans une maison devenue le musée qui lui est consacré.

   On voyage dans l’espace, dit le bon sens, on voyage dans le temps par la mémoire et l’imagination. Nous, notre nouvelle et extrême curiosité nous incitait à voyager à travers les différentes strates de la société, à atteindre celles qui nous étaient étrangères. Les sociologues, derniers avatars des prophètes, ont une raison pour passer d’un milieu à un autre, établir des constats, vitupérer contre l’actualité et présager des catastrophes. Nous, non. Rien ne justifiait notre intention. Nous voulions pourtant approcher les sommités, emprunter leurs itinéraires, humer l’air entre leurs murs, utiliser leurs chaises, leurs assiettes, leurs verres. Écouter leurs propos. Le Waldhaus devenait le moyen de locomotion idéal, le suprême vaisseau stratosphérique.