Emergences littéraire et artistique

Emergences littéraire et artistique, association d'auteurs du pays du roi Morvan
Home

LE SANG SECHE DES MORTS - Poème de JEAN-PAUL LE BIHAN extrait de « Empreintes, mémoire d’île », page 13 - CEMO et CRAF éditeurs

, 13:46 - Permalink

Le sang séché des morts
Et ce trait noir tiré entre deux invisibles
Voilà ce qui demeure

L’archéologue se saisit du silence
Sur son encre muette se satisfait de mots
Incolores Langage ésotérique
Structures, stratigraphie, typo-chronologie
Stérile mécanique

Où le peintre retrace le parcours des aurores
Sans même y replacer
Ni leurs yeux ni leurs corps
Je l’ai vu gambader, le sourire en campagne
Fouiller le sol à nu d’un regard, et l’argile
Et la cendre

S’écrivait sur son front
La maison d’un enfant dont le père
A tenu la raison
Se portaient à ses lèvres
Les couleurs de l’opaque en segments
De mémoire

Alertes et joyeux
Ses doigts couraient le temps
Les sédiments.
Intangibles et figés, les limons
Rendaient l’âme aux vivants
Sur le papier doré

L’archéologue encore
Épris de vérité
La tête entre les mains, terrassé
Les ongles impuissants
À dégriffer la terre
Contraint à renoncer

Au sang séché des morts
La poésie est un fil d’or tendu
Entre deux impossibles

Add a comment

HTML code is displayed as text and web addresses are automatically converted.

This post's comments feed